Telle JEUNESSE, telle NATION…

Étiquettes
28 janvier 2014

Telle JEUNESSE, telle NATION…

je jn

La jeunesse représente la force vive de la nation. Telle est la jeunesse, tel est le pays. À jeunesse vaillante, pays valeureux. À jeunesse oisive, pays miséreux. À jeunesse négligée, pays retardé. À jeunesse sans salaire, pays sans rêveur. La jeunesse n’a pas de prix, rien ne peut la remplacer. Elle vaut beaucoup plus que les massifs d’or, les réserves de pétrole parce qu’elle est une source inépuisable, intarissable, continue, riche et féconde. Elle est la pierre d’angle à tout développement durable et pertinent ; le carrefour du passé et de l’avenir. C’est à elle-même l’ultime responsabilité de corriger le passé, bonifier le présent puis préparer l’avenir avec des ambitions magnanimes. Aujourd’hui encore, après deux cent dix ans d’indépendance la jeunesse haïtienne n’arrive pas à jouer sa partition dans la restructuration du pays, dans la fondation nécessiteuse de l’État-Nation. Elle est toujours à l’écart des grandes décisions, elle évolue dans l’oubliette des agendas politiques. Sa voix est étouffée, jugulée par les devanciers prétextant le manque de maturité de la jeunesse. On ne la donne même pas la chance d’essayer, on critiquait déjà son incapacité. Jeunesse responsable, où es-tu ? Exige, oblige qu’on te donne ce qui te revient de droit.

 

En nous laissant sans solde, ils espéraient tuer nos prodigieux rêves pour Haïti, du coup mettre la jeunesse à leur trousse puis se déclarer fort comme le lion. Pourtant, ils ne sont qu’un agneau vêtu de la peau léonine. Mais ils ne sont pas parvenus à leur fin car les plus intelligents ont bien compris leur petit jeu futile, quoique beaucoup de jeunes soient encore à leur filet. Jeunesse haïtienne, dans ta quête de jours meilleurs, sache bien que :

 

Haïti ne veut pas d’une jeunesse plaintive, pleurnicheuse qui s’égosille à l’espérance le jour comme la nuit attendant la manne miraculeuse; mais d’une jeunesse consciente, responsable qui est le véritable maitre de son destin, et qui laboure soi-même son sort.

 

Haïti ne veut pas d’une jeunesse assistante, fainéante qui ne fait que constater les dégâts; mais d’une jeunesse combattante qui est prête à s’engager à la suffragette devant déboucher au chambardement total du système archaïque, et ainsi commencera la révolution.

 

Haïti ne veut surtout pas d’une jeunesse corrompue, rippoue qui pour une modique somme oublie sa mission de contribuer au développement intégral du pays; mais d’une jeunesse exemplaire, honnête et juste qui ne cède pas aux pressions de la vie et qui est aguerri de l’esprit de sacrifice.

 

Haïti ne veut pas d’une jeunesse importée, déboussolée qui fait fie des bonnes valeurs locales et qui a la tête ailleurs, mais d’une jeunesse hattienne qui reflète le terroir, donc empêtrée dans sa culture inépuisable et son histoire somptueuse.

 

Haïti ne veut pas d’une jeunesse négligente, paresseuse qui est désintéressée aux causes de la nation; mais d’une jeunesse intelligente qui jouit de sa grande capacité à tirer les bonnes conclusions, à faire la part des choses.

 

Jeunesse, tu dois briller de mille feux partout voire dans les ténèbres. Sois boussole pour cette nation  déracinée, déraillée, déboulonnée. Bannis l’imposture, la flatterie par ta transparence. Que tes pas soient fermes sur le chemin épineux, ne vacille point, ne doute point de tes capacités quoique l’on puisse dire. Sois unie, plus qu’un devoir c’est une obligation, si tu ne veux pas subir l’avenir mais de préférence le construire de la sueur de ton front. Continue donc à rêver, tu es la jeunesse, donc le présent et le futur du pays.

 

Haïti attend beaucoup de sa jeunesse, puissent ses rêves se concrétiser un jour !

Ing Wilson LeTransparent FLEURIMOND

Partagez

Commentaires